CULTIVER DES TRADITIONS AGRICOLES CHEZ DES ENFANTS EN BOLIVIE

À Tiraque et Rodeo, centre de Bolivie, la plus part de leurs habitants vivent de la culture de tubercules. Là-bas, nous avons travaillé pour promouvoir l’agriculture en 94 enfants d’un internat. Ils sont en train d’apprendre des techniques agricoles et élevages, et également valorisent un savoir-faire ancestral et soutiennent le développement de vergers communautaires.

Notre partenaire local est : Fe y Alegría

PROBLÈME

Bien que les éducateurs locaux fournissent toutes leurs compétences en faveur de l’éducation des enfants, il y a une basse connaissance dans la ligne de la formation technique agricole, domaine de développement ancestral et fondamental pour ses habitants. L’un des désirs des Yachay Wasis ou «Maisons du Savoir », c’est que les enfants soient formés comme des personnes qui contribuent à la construction d’une société juste, interculturelle, productive et en harmonie avec son environnement.

PROJET

Nous avons voulu faire partie de ce problème et soutenir la solution. Aux Yachay Wasis, nous nous  concentrons sur l’évaluation et le renforcement des compétences agricoles des enfants, des jeunes, des éducateurs et les communautés complètes à Tiraque et Rodeo. Ensemble, nous créons des espaces productifs et éducatifs comme composteurs, vergers et lombricompostage avec le but de promouvoir des actions de recyclage et réutilisation de déchets.

BÉNÉFICIAIRES

Dans les communautés de Tiraque et Rodeo habitent principalement des agriculteurs qui cultivent des céréales et des pommes de terre, et s’occupent des animaux. Il y a environ de 90 enfants et jeunes, 10 éducateurs et presque 90 parents de familles de ces communautés, celles qui ont pu augmenter leurs perspectives de développement avec ce projet.

BÉNÉVOLES IMPLIQUÉS

“J’espère que les enfants restent avec l’amour vers la terre et l’endroit. Que le Yachay Wasi soit vraiment une maison, et qui soit la maison du savoir, que le mot ait sens pour eux » Laura Escárraga, Biologiste

APPRENDRE A ETRE DE MEILLEURS PROFESSEURS POUR LES ENFANTS EN BOLIVIE

L’Altiplano bolivien loge aux Yachay Wasi, maisons du savoir qui sont également internats pour les enfants. Avec ces centres, nous renforçons les compétences des enfants des communautés de Rodeo et Tiraque.  Nous avons fait partie de ce projet avec le but d’améliorer les compétences de leurs éducateurs, ceux qui fourniront à son tour des meilleurs outils aux enfants pour qu’aient mieux opportunités.

Notre partenaire local est: Fe y Alegría

PROBLÈME

Les défis dans le domaine de l’éducation, comme  l’accès aux technologies a transformé la réalité sociale et culturelle des enfants, ont provoqué une charge de travail excessive et le manque des possibilités de réflexion chez les éducateurs pour affronter ces défis.  À son tour, cela a provoqué un bas rendement et une augmentation des conflits avec les enfants et les jeunes qui assistent à leurs salles. Par conséquent, il faut que nous améliorions la formation des éducateurs de la communauté et qu’ayons plus grandes connaissances pour affronter ces changements.

PROJET

Avec l’aide d’une professionnelle bénévole, nous voulons que les éducateurs aient un rôle fondamental dans le processus de formation des enfants et  des jeunes des communautés de Rodeo et Tiraque.  Le travail est directement avec les éducateurs à travers des ateliers et la création d’espaces de réflexion sur leur propre travail. En outre, le projet prévoit la fourniture de ressources et d’outils pour l’attention de cas psychologiques particuliers.

BÉNÉFICIAIRES

Les communautés de Tiraque et Rodeo habitent principalement des agriculteurs qui cultivent des céréales et des pommes de terre et s’occupent des animaux. Malheureusement, beaucoup de personnes se sont trouvés obligés à chercher de meilleurs opportunités dans d’autres pays et localités.  Il y a environ 90 des enfants et des jeunes, et 6 éducateurs qui se sont bénéficies avec l’amélioration de la qualité et l’environnement sur le travail de les Yachay Wasis.

BÉNÉVOLES IMPLIQUÉS

« Au cours de cette période, plus que les enfants apprennent de nous, nous avons établi une connexion culturel et ancestral avec eux. Il n’y a pas vraiment de meilleure façons de savoir ce que nous avons apporté à travers des enfants qui vivent au jour le jour cette grande expérience ensemble à nous. » Diana Parra, Psychologue